Photographier de haut avec un monopode

Comment, un simple monopode va vous permettre de placer votre appareil photo en hauteurs pour réussir des cadrages inattendus et très créatifs.

Le monopode est le plus souvent perçu comme un matériel qui facilite la prise de vue de photo avec des téléobjectifs très lourds. C’est le partenaire de tous les photographes de sport ainsi que des photographes animaliers. Il est aussi depuis quelque temps utilisé en vidéo afin d’apporter une aide à la stabilisation dans des situations ou le trépied est difficile à mettre en œuvre. Par exemple, sur un salon où la place au sol est comptée et/ou la foule peut ruiner une séquence vidéo si le trépied est ébranlé par un visiteur.

Le monopode va vous permettre de photographier par dessus des obstacles.

Mais aujourd’hui, je vais vous parler d’une autre utilisation possible du monopode. Il va permettre à votre appareil d’atteindre plus de hauteur afin d’obtenir de nouveaux angles de prises de vues.
Dans certaines conditions, il va même être un allié de tout premier ordre en vous permettant de photographier par dessus des obstacles comme vous pourriez le faire en utilisant une échelle ou un escabeau. Mais ceux-ci sont d’un encombrement plus que délicat à gérer en reportage, encombrement qui les rend, au final, inutilisables.

Le monopode va vous permettre de nouveaux angles d’images.

Je préfère un modèle peu encombrant, en carbone et forcément plus léger.

J’utilise sur mon monopode un plateau rapide me permettant de fixer plus vite l’appareil. Si vous arrivez à avoir le même modèle de plateau rapide pour votre monopode, votre trépied et tout autre système que vous utilisez comme une crosse d’épaule pour la vidéo, alors il vous suffit de laisser à demeure le plateau sous votre boitier.

Différents modèles de monopode peuvent faire l’affaire. Certains montent très haut, mais, pour cet usage j’avoue préférer un petit modèle, non pas que je ne pourrais utiliser les centimètres supplémentaires d’un grand modèle, mais, je préfère un modèle peu encombrant, en carbone et forcément plus léger. Le monopode fait partie de mon équipement de base en reportage aussi le poids est un facteur déterminant pour moi.

Je préfère un modèle léger muni d’un plateau rapide.

Préférez un réglage manuel de la mise au point.

Si vous possédez un appareil DSLR, muni d’un écran orientable, c’est un gros avantage. Vous allez pouvoir utiliser celui si en mode Live view, afin de vous aider à cadrer vos prises de vues. Il faut bien entendu mettre l’appareil en mode : déclenchement avec retardateur sur 10 secondes, pour que vous ayez le temps, une fois appuyé sur le déclencheur, de monter le boitier à bout de bras et de cadrer rapidement.
Régler  le système de mise au point en manuel, car, en cas d’analyse farfelue, 5 mètres plus bas vous ne vous en rendrez pas compte.

Si vous ne possédez pas d’appareil à écran orientable, ce n’est pas un souci. Il va juste falloir doubler ou tripler vos prises de vue pour plus de sécurité. Pensez aussi à utiliser une optique vous permettant d’avoir un champ plus ouvert, donc plus large afin d’avoir de la marge sur le cadrage escompté. Vérifiez quoi qu’il en soit à chaque prise de vue, le cadrage ainsi que la mise au point avec l’écran arrière du boitier.

Cette petite astuce, bien utiliser, peut réellement enrichir votre reportage d’angles inattendus et le plus souvent très créatifs.
Et, il est toujours intéressant d’avoir un monopode dans son équipement. Si vous devez, par exemple, faire une interview vidéo non prévue lors d’un reportage et que vous n’avez pas de trépied avec vous; le monopode pourrait bien être votre planche de salut. Il vous permettra de limiter grandement vos vibrations et autres problèmes de stabilité.
Dans ce cas des modèles un peu plus lourds ont à leurs bases trois petites tiges qui se déploient afin de transformer ces monopodes en mini-pied tenant seul debout. Ce n’est pas totalement stable, mais cela améliore tout de même les choses.

Un écran orientable facilite le cadrage une fois le boitier à 6 mètres.

J’espère que vous avez apprécié cette astuce et je vous donne rendez-vous la semaine prochaine en vous souhaitant de faire de belles images.

Comme toujours, merci de me laisser un commentaire sous l’article pour m’encourager à tenir les 52 semaines de ce défi.

Voici des liens directs pour trouver les monopodes que je vous conseille.

                           

Le Benro C29T est l’équivalent moderne du monopode que j’emploie.

Le Manfrotto MM294C4 est l’équivalent du C29T dans la gamme Manfrotto. Il est légèrement plus encombrant que le C29T une fois plié.

Le Manfrotto MM294A4 et le monopode aluminium classique, une référence à prix serré.

Le Manfrotto 682B est un monopode polyvalent qui couvre les besoins en photo comme en vidéo avec ses trois petits pieds rétractables.

L’Adaptateur de plateau rapide que j’emploie sur mon monopode.

Je touche une petite commission si vous passez par le lien Amazon, sans que cela augmente le prix d’achat du produit, cela m’aide à entretenir ce blog.

Merci si vous le faites ! 😉

5 thoughts on “Photographier de haut avec un monopode

  1. C’est une astuce qui vient instinctivement, mais c’est bien Pascal de le rappeler, il en est qui n’y pense pas !
    Instinctivement je l’utilise pour shooter en plongée ou contre plongée.
    Mais cette méthode même si les plans sont sympa, faut le convenir, peut poser des soucis de déformations, selon l’angle de la prise de vue !
    Mon avantage sur toi, c’est que je shoote depuis mon iphone en wiffi. 🙂

    1. C’est surprenant de voir le nombre de photographes en formation qui n’ont pas de monopode, car il n’en voit pas l’intérêt. Donc forcément, ils ne doivent pas trop y penser alors que pour d’autres c’est évident. C’est vrai que je n’ai pas parlé de déformation. Il est vrai que comme tu as pu le voir dans les images de salon, elles sont ensuite parfaitement corrigées en postproduction. Je vais parler des corrections de déformations bientôt, mais j’ai tellement d’articles en attente…

  2. Ceci expliquant cela, faut dire que je suis plus OPV que photographe… 🙂
    Mais même quand je parts pour faire de la photo, j’ai mon monopode avec moi !

  3. merci pour cette astuce. Je voudrais simplement en ajouter une autre pour ceux qui auront oublié leur monopole à la maison: en effet à l’aide d’une simple ficelle qu’on fixe à notre poignet et que l’on passe sous notre pied nous pouvons induire par un mouvement vers le haut un stabilisation « verticale » qui pourrait être complémentaire à l’astuce horizontale présentée ici. En tous les cas un gros merci pour partager avec nous ces astuces si essentielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.