Tester la qualité de vos lumières

Pouvoir vérifier la qualité de restitution des couleurs de vos sources lumineuses et un gros atout afin de choisir les bons produits pour un résultat optimal.

Tester la qualité de vos lumières avec le spectrascope de chez Rotolight.

Rotolight vient de sortir un spectrascope de petite taille, vendu à un prix très raisonnable de 70€.

Je viens de tester ce produit sur plusieurs réalisations vidéos ou j’ai pu apprécier les informations que m’a fournies ce petit équipement. Il vous permet de voir, visuellement, les couleurs que votre source lumineuse peut restituer et c’est très intéressant. Parfois les résultats sont même assez inattendus. Pour vérifier la température de la couleur, il vous faut un thermocolorimètre et pour analyser une couleur c’est un spectocolorimètre qu’il vous faut.

Tester la qualité de vos lumières avec le spectrascope de chez Rotolight.

J’ai fixé le spectrascope sur un iPhone pour essayer de vous faire voir, en image, ce que l’on peut visualiser lorsque l’on regarde à travers cet outil. Malheureusement le smartphone se montre incapable d’acquérir toutes les couleurs présentes dans notre dégradé donc les résultats ne sont donnés ici qu’à titre indicatif.

J’ai fixé le spectrascope sur un smartphone pour faire une photo.

Rendu d'un spectrascope Rotolight.

Que votre équipement soit de type professionnel ou encore de type amateur, l’outil est toujours intéressant et il trouvera sa place dans votre sac à côté de votre cellule et de vos chartes.

Pour le professionnel qui utilise des éclairages haut de gamme forcément le résultat sera bon. Mais vous pouvez être dans la situation de devoir mixer vos lumières avec des sources lumineuses déjà présentes et qui peuvent, le cas échéant, descendre la qualité finale de vos images. Aujourd’hui encore plus qu’hier les nouvelles ampoules à économie d’énergie donnent, parfois des résultats désastreux. Il est bon de vérifier leurs qualités de restitution lumineuse avant de tourner des images.  Parfois d’ailleurs nous avons de bonnes surprises avec des sources de type éclairage domestique et qui donnent de bons résultats, plutôt dans la gamme des ampoules halogènes. Si après avoir checké avec le spectrascope vous vous rendez compte que la qualité n’est pas au rendez-vous vous pouvez alors changer l’ampoule en cause.

Cet équipement est aussi intéressant pour le photographe qui travaille en lumière continue. Au flash, évidemment, la rapidité de l’éclair ne permet pas de visualiser les résultats.

Dans le cas où vous utilisez des éclairages d’entrée de gamme, là encore le spectrascope va vous permettre de faire un choix judicieux parmi vos différentes sources. Vous pourrez sélectionner comme éclairage principal la source donnant les meilleurs résultats. Vous choisirez alors la meilleure source lumineuse pour éclairer le visage du sujet ou votre produit. Il est alors possible de conserverer les éclairages moins performants pour éclairer l’arrière-plan, ce qui est moins problématique.

C’est aussi un produit intéressant si vous devez acheter un éclairage et que vous hésitez entre plusieurs modèles. Là, vous choisirez en connaissance de cause.

Le spetrascope est livré dans une petite housse en cuir avec un mode d’emploi, cependant ce n’est pas nécessaire tellement son utilisation est simple. Vous placez le spectrascope devant votre œil et il vous reste plus qu’à visualiser le résultat. Pas de pile pas d’ordinateur c’est un contrôle purement visuel. Il faut un dégradé linéaire sans cassure dans les couleurs.

Dans le cas de source très puissante, vous devez faire réfléchir la lumière sur une surface neutre, mais il faut vraiment que la source soit très très puissante, comme le soleil par exemple.

J’ai vraiment apprécié ce produit que je trouve indispensable pour savoir à quoi s’attendre. Même en studio alors que l’on a que des sources prévues pour la prise de vue, on peut avoir quelques surprises. J’ai, par exemple, des fluos en studio qui ne sont pas des fluos haut de gamme. Même si ce sont des modèles prévus pour des prises de vue et le spectrascope a révélé quelques petits problèmes en m’affichant quelques barres dans le dégradé des couleurs.

Un petit ustensile très utile et très abordable donc pourquoi s’en passer.

J’espère que cette vidéo vous aura plu. N’hésitez pas à me laisser un commentaire afin de me dire si vous avez aimé ou si vous utilisez déjà ce produit et je vous donne rendez-vous pour un prochain article.

Enregistrer

Enregistrer

4 thoughts on “Tester la qualité de vos lumières

  1. Très intéressant. Je n’avais même jamais envisagé la chose. Faut dire que je débute avec les éclairages 😉 . Une question. Serait-il envisageable d’avoir un plug in Photoshop ou Adobe première qui serait capable de corriger l’image en prenant en compte la mesure de ce spectrascope ?

    1. Bonjour ta question est très intéressante, car j’aurais peut-être dû être plus clair sur ce qu’implique d’utiliser une lumière de mauvaise qualité. Pour ce qui est des possibilités d’automatiser des corrections couleur à partir d’un fichier brut, il faut bien comprendre qu’en ce qui concerne la lumière ce n’est pas du tout pareil que de corriger les déviances couleur dû à des erreurs de matriçage, comme on le fait, par exemple, sur un fichier RAW en utilisant un profil ICC pour CaptureOne ou encore un Profil DNG si vous utilisez Lightroom. Pour créer ce type de fichier, vous utilisez une image dans laquelle vous avez incorporé une charte aux patches de couleurs référencées, et vous créez votre profil avec un logiciel de profilage, et cela marche très bien. Ici malheureusement ce n’est pas possible puisque dans le cas d’un éclairage de mauvaise qualité plusieurs couleurs vont se retrouver être interprété de la même manière, donc plusieurs couleurs vont ne plus en faire qu’une. Comment voulez-vous qu’un logiciel, même si on lui donne une référence par une charte, comment va-t-il pouvoir, à partir d’une couleur, savoir quelle était la couleur d’origine?? Plus possible. C’est un peu comme si l’on prend une image en 16 millions et qu’on la passe en 256 couleurs et qu’ensuite on veut la repasser en 16 millions, ça ne marche pas, hormis avec l’historique de photoshop..

      Prenez par exemple un éclairage de nuit, cela va manquer cruellement de puissance et le résultat est un appauvrissement de l’espace couleur en restitution. Nous aurons donc une image ou les couleurs saturées seront inexistantes. Cette contraction de l’espace couleur va vous amenez à ce qu’un nombre important de couleurs soient interprétés comme une seule. Si vous demandez la création d’un profil, dans ce cas présent, si vous avez bien exposé votre charte, vous gagnerez tout de même un peu en qualité. Mais jamais vous n’obtiendrez la qualité d’une image exposée sous une bonne lumière.

      Dans le cas de l’emploi sous des lampes à économie d’énergie la rupture que l’on voit dans le spectre et tel que l’on peut carrément s’attendre à de gros problème dans les dégradés. Le plus intéressant est que parfois de simples lampes domestiques donnent des résultats corrects, d ‘où l’intérêt de ce petit spectroscope, afin de visualiser la qualité de la source. 😉

  2. Merci pour cet article, il manque juste pour se faire une idée, 2 photos avec cadrage identique sous des éclairages différents (un bon et un mauvais) avec l’histogramme de ce qu’on voit dans le spectrascope pour comparaison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.