Fabriquer un disque pour la balance des blancs.

Je vais vous enseigner avec cette astuce de pro comment fabriquer, simplement et sans frais, un disque afin de faire une bonne balance des blancs avec votre appareil photo ou votre caméscope.

Faire une bonne analyse de la température de couleur de la scène que vous voulez photographier ou filmer est important si vous voulez optimiser la qualité de vos images.

En effet, c’est le seul moyen d’éviter des erreurs d’interprétation des couleurs lors de la création des images. Même si vous travaillez en fichier RAW que ce soit pour photographier ou pour filmer, là encore une analyse correcte à la prise de vue a son intérêt.

Vous avez deux cas de figure : soit vous travaillez en RAW, film ou photo soit les images sont développés dans l’appareil que vous utilisez. Lors de ce développement, l’image va être créée en tenant compte des réglages de l’appareil. Si votre réglage de température de couleur, donc le réglage « balance de blancs » est faux, vos images vont prendre une dominante étrange et rarement bien venue. Il faut faire la distinction entre appliquer une bonne température à ces images lors du développement interne dans un boitier ou lors du développement des fichiers RAW en postproduction, et vouloir corriger en postproduction une dominante sur une image déjà développée. Ce n’est pas du tout la même chose.

Boite-alimentaire

Si vous voulez optimiser la qualité des images, appliquer une bonne balance de blancs au développement des photos ou de votre film est essentiel.

L’astuce de la semaine va vous permettre de faire facilement une bonne balance des blancs sans avoir à acheter un matériel parfois couteux. Il vous suffit de fabriquer un disque rond en plastique translucide blanc, découpé dans un fond de boite alimentaire. Il faut cependant avant de faire ce bricolage vérifier si le plastique de votre boite est d’une couleur neutre, c’est-à-dire qu’il n’a pas de dominante faussant l’analyse de la température de couleur.

Pour ce faire, vous essayez simplement, avant de découper votre disque, en plaçant devant votre appareil photo ou votre caméscope le fond de votre boite.

Il est bon de contrôler si le plastique est d’une couleur neutre.

Vous devez faire une photo en vous assurant que la densité de celle-ci rentre dans la plage que le boitier accepte pour calculer la balance de blancs.

En fait, le terme de « balance des blancs » nous induit en erreur. Il faudrait plutôt lire « température de votre blanc » ou alors changer ce champ par «réglage de la température des couleurs»…

L’appareil n’arrive pas à faire une analyse correcte si l’image est trop claire, donc trop « blanche » l’analyse est toujours préférable sur une densité plus prononcée, car il est très difficile pour un équipement et presque impossible pour nous de nous rendre compte d’une dominance dans les blancs alors qu’il est plus simple de la faire dans un gris par exemple ou les déviances prennent plus d’importance au niveau de la teinte.

Lors de la prise de vue de votre photo, vous risquez de devoir fermer le diaphragme d’une ou deux valeurs pour obtenir la densité adéquate. Plus votre plastique de boite sera dense, ou opaque, et plus il vous permettra de ne pas avoir à changer les réglages de l’exposition pour votre image de référence.

Une fois la photo réalisée il ne reste plus qu’à spécifier à l’appareil quelle image doit être prise en compte pour l’analyse et valider cette photo comme référence pour une couleur qui doit être neutre une fois la balance de blancs faite.

Ensuite, vous devez spécifier que le boitier doit tenir compte de l’analyse que vous avez faite comme  balance des blancs en plaçant votre preset température de couleur sur « balance de blancs personnalisée ».

Il est important de placer la balance des blancs sur «Personnalisé»

Chaque fabricant à ces propres menus pour valider cette action aussi le mieux est de vous référer à votre manuel pour connaitre la procédure propre à votre équipement.

Il ne reste plus qu’à contrôler que votre plastique est efficace pour réaliser votre petit disque plastique.

La réalisation du disque est simple il vous suffit de tracer au feutre indélébile un rond d’au moins 77mm pour couvrir la lentille avant de vos objectifs et de découper celui-ci au moyen d’une paire de ciseaux. Si le fond de boite le permet, tracez un rond un peu plus large pour rendre la mise en place du disque devant l’objectif plus simple. Pensez à conserver une petite languette dans laquelle après avoir percé un trou, vous passerez une cordelette pour tenir plus facilement votre disque.

decoupe-du-disque

Cet accessoire léger et pratique vous accompagnera partout et pourra être remplacé facilement en cas de perte.

Je vous donne rendez-vous à la semaine prochaine pour une nouvelle astuce de pro et je vous souhaite de faire de bonnes photos en utilisant ce disque.

Comme toujours, laissez-moi un commentaire sous cet article afin de m’encourager à tenir mon défi ou tous simplement pour me donner vos impressions quant à cette astuce.

25 thoughts on “Fabriquer un disque pour la balance des blancs.

  1. Merci pour le tuyau, Pascal !
    Un bout de tupperware, cela restera toujours plus conciliant qu’une Dame Blanche.
    Mes salutations.. des tréfonds Bretons !

    1. Merci à toi pour ce commentaire. En fait un fond de tupperware figures toi que je n’y avais même pas pensé, et cela risque d’être même parfait, car un peu plus opaque. Il y a des chances que l’on ait moins de problèmes au niveau : exposition. Juste, vérifier qu’ils sont par contre bien neutres, car c’est tout de même indispensable pour que ça marche. Par contre un peu plus galère à découper, mais bon. Je vais essayer.

  2. Bonjour,
    Juste pour dire que votre astuce ne marche que si vous caractérisez votre bout de plastique au spectro pour ensuite balancer votre température couleur. Sinon, vous ne faites que fixer votre axe des gris par rapport à la nuance de votre plastic et non par rapport à une neutralité.

    J’ai vu que vous annonciez sur un autre site que C1 ne faisait pas de catalogage. Connaissez vous vraiment la fonction de catalogue de C1? Chez moi, cela fonctionne parfaitement.

    Cordialement

    1. Oui, si vous avez un spectro cela vous permet de vous assurer que votre plastique n’est pas teintée et je me sers de cet outil. Mais rare sont les photographes qui ont un spectro et au final, il est assez simple de trouver dans un fond de boite alimentaire un plastique neutre qui va convenir. Comme je le dis dans la vidéo, il faut dans ce cas là tester. Le spectro c’est mieux, mais sans lui on peut trouver le plastique qu’il nous faut.

      Sur le catalogage des photos, là, C1 ne peut pas lutter contre les fonctions de catalogage avancées de LR. Cela fait partie intégrante de l’outil d’Adobe.
      D’ailleurs, créer des catalogues est indispensable autant que je m’en souvienne lorsque l’on utilise LR ou Aperture.
      C’est la raison pour laquelle Phase One propose Media Pro, comme complément pour pouvoir réellement rivaliser avec LR sur ce point même si je comprends votre remarque qui est juste.
      Je connais bien les logiciels de Phase One je les utilise depuis 1999 avec mon premier dos Light Phase.
      C’est depuis la version 7 de capture One, si je me rappelle bien, que C1 peut générer plusieurs catalogues sans avoir Media Pro, même s’il n’est pas au top sur cette fonction. On doit tout de même laisser ça à Light Room.
      Personnellement ce n’est pas ce que je recherche dans un développeur RAW. Et le fait que je puisse développer des images sans faire de catalogue me convient.

      Merci pour ce commentaire Cornette, cela m’intéresse toujours de savoir comment d’autres personnes utilisent leurs outils, au plaisir de vous lire à nouveau.

      1. Bonsoir,
        Il me semble que des photographes qui font de la qualité ont un spectro ou, s’ils ne l’ont pas, ils trouvent une quarantaine d’euros pour acheter une cible caractérisée. On ne peut pas “de visu” caractériser un fond de boite pour en faire une référence, l’oeil n’est pas une référence. Ce qui est fait avec le fond c’est l’utiliser comme diffuseur, mais dans tous les cas vous serez décalé.
        Utilisant C1 depuis assez longtemps pour en saisir presque toutes les finesses, j’utilisais également Mediapro pour la gestion de la photothèque. Un outil dédié, rapide. Il y a quelques années je ne voulais pas entendre parler du catalogue de C1 car trop gourmand en ressources donc trop lent et truffé de bugs. La version 8 de C1 associée à une montée en puissance de nos machines font que le catalogue de C1 est quasiment aussi rapide que Mediapro. Il lui manque encore deux petites choses pour le remplacer définitivement. Par contre de dire que c’est loin de ce que peut faire Lightroom, je ne partage pas du tout car les Danois ont réussi à faire en sorte d’utiliser toutes les ressources de la machine (contrairement à Lightroom). J’ai donc modifié mon processus: Session puis catalogue dans C1.
        Bien entendu chacun est sûr de sa pratique, seuls les essais sur sa propre machine peuvent aider l’utilisateur à se faire sa propre opinion.
        Cordialement

        1. Vous êtes tellement passionné que vous me laissez deux commentaires pour exprimer les mêmes avis, mais en les développant . Waow
          Bon, les photographes qui sont équipés, comme vous dites, peuvent avoir un spectro, et j’en ai un en effet. Mais au final il est rare que les photographes aient un sprectro. Ce que tout photographe doit avoir par contre c’est une cellule pour son écran qui est bien un spectro aussi, cela dit, mais pour la calibration d’écran ou de vidéoprojecteur.
          Seules les personnes qui font de la colorimétrie avancée ont un vrai spectro, donc un appareil qui sert à prendre la mesure des couleurs en incidence et en réflexion. Pour prendre la température de couleur d’une scène on n’utilise pas un spectro, mais un thermocolorimètre, j’en utilise un depuis plus de dix ans.
          Pour caler votre appareil au niveau de la température de couleur, vous avez plusieurs moyens. Ici, c’est juste une astuce, pour les personnes qui n’ont pas de thermo, matériel très couteux que très peu de photographes ont. Prévoir un petit budget pour le thermo autour des 1500€…
          L’autre bonne solution est d’avoir une charte de gris, ce qui est plus économique que le thermocolorimètre. Par contre il vous faudra faire une prise de vue qui avec certains boitiers n’est pas idéale parfois.
          Sur un Canon par exemple, la charte photographiée doit prendre la totalité de l’image. Si vous prenez des photos au grand-angle et que vous avez sur vous une petite color checker, très bien comme petite charte au demeurant, ça risque d’être assez galère pour faire votre photo de référence.

          Pour les images de studio, là, la question est totalement différente. Si vous voulez un rendu optimal des couleurs, il vous faut faire en premier une prise de vue d’une charte. Choisir une charte idéalement beaucoup plus grosse qu’une passport pour avoir plus de patches de couleurs. Ensuite, depuis cette prise de vue vous tirer un profil personnalisé que vous allez rentrer dans le logiciel de développement de vos RAW pour enfin l’appliquer aux dématricages des toutes les images photographiées dans les mêmes conditions d’éclairage. Si vous poussez vraiment loin votre exigence, pour chaque optique utilisée, vous tirez un nouveau profil. Je pratique ce workflow depuis 1999, date de mon premier dos moyen de la marque Phase One. Allez sur mon site perso, vous trouverez un peu plus d’ infos sur ce type de wokflow. J’en parlerais peut-être sur le blog, mais je ne sais pas si vous êtes nombreux à vous intéresser à un workflow aussi lourd.

          Voilà j’espère cette fois avoir été assez précis, je ne pensais pas qu’une petite astuce qui marche bien puisse faire couler autant d’encre, d’autant que pour la photo, la plupart du temps nous modifions la température réelle de la scène pour appliquer dans le développeur RAW un choix plus personnel pour un rendu artistique. Nous demandons surtout que le calage nous rapproche de la réalité avant de se jouer de celle-ci en postprod.

  3. C1 pas de catalogue !!! a mourir de rire, introduit avec la version 7, et abouti avec la 8, jusqu’a la 7 certains utilisaient encore LR, voir Media pro mais depuis la 8 aucune utilité de recourir a des produits tiers.
    Quand au boite pour congelo c’est l’équivalent d’une white balance sur une feuille de papier, voir pire c’est dire !!!

    1. Bonjour Alain, merci de participer à ce fil même si vous n’êtes pas tout à fait d’accord avec mes choix. 😉

      Le catalogue de C1 n’est pas à la hauteur du catalogage de LR et je me dois de le reconnaitre. D’autant que j’utilise presque exclusivement C1, est cela, depuis le début. Il faut tout de même que je reste objectif par rapport aux utilisateurs de LR et il y en a beaucoup.

  4. Nos commentaires se croisent !
    Je ne vois pas en quoi ” ce serait manquer d ‘objectivité face au utilisateurs de LR de dire que les catalogues de C1 fonctionnent” et ce n’est par ce que les utilisateurs LR sont plus nombreux que le reste ne marche pas !!!
    Cela revient a dire que seul Microsoft est valable, puisque le plus représenté sur le marché ! et cela sans rentrer dans le vieux conflit Mac/PC dont je me fous complètement !
    Simplement utiliser C1 dans un flux complet est plus faisable avec les dernières versions du logiciel Danois. Il suffit d’essayer.

  5. Je comprends le point de vue des uns et des autres … 🙂
    Je souhaite faire remarquer tout de même, qu’il s’agit là, “d’une astuce” pour un amateur que nous propose Pascal. Astuce qui à entièrement ça place ici ! Certes, tout le monde ne se balade pas en spectro 😆
    Donc, pour des novices, c’est bien mieux que la feuille de papier canson , car même avec ça, j’en ai vu certains (es) ne s’en sortent pas avec !

    1. Bonjour,
      Oui, c’est du même niveau que la feuille de papier. Est ce que c’est parce qu’on est amateur que l’on devrait faire de l’à peu près. Est ce que c’est parce que l’on gagne sa vie que l’on a obligatoirement raison (pour le portefeuille surement, pour la qualité c’est autre chose)? Personne n’a parler de se promener systématiquement avec son thermocolorimètre à 1500€. Une toute petite charte grise entre 15 et 45€……soit peanuts relativement au prix du matériel photo ou au taux horaire pour les retouches.
      Cordialement

      1. Je vous rappelle juste que ce blog n’est pas exclusivement axé photo, et qu’en vidéo que ce soit avec un caméscope ou un appareil photo on ne travaille pas en RAW, donc la balance des blancs en postprod, c’est pas possible.
        Hormis les personnes qui travaillent en RAW cinema, ce qui est mon cas, mais cela représente que très peu de monde.
        Une charte de gris c’est très bien, si elle est bonne, mais avec un grand-angle c’est galère.
        Si vous travaillez de cette manière vous devez le savoir.

        Le disque marche exactement comme une charte de gris, cela donne un gris clair, voilà tout.
        Sauf que vous le placez devant l’objectif et donc que ce gris remplit obligatoirement toute votre image. Et si ce plastique est neutre, ce qui est au final souvent le cas avec ces plastiques, et bien ça marche très bien..

        Maintenant si vous ne voulez pas essayer, c’est votre droit.

  6. @ Cornette,
    Ce n’est pas une question d’amateurisme, ou d’à peu près… loin s’en faut.
    J’ai gagné ma vie comme je l’entendais…et je suis en retraite à présent !
    Si j’enseigne encore au jour d’aujourd’hui , c’est du bénévolat. Apporter mes connaissances à d’autres c’est tout !
    Donne ta charte à 15 voir 45€ à des amateurs, certains, voir beaucoup ! la laisseront au fond de leur sac !
    Bien évidemment tu t’en sert, et bien c’est tant mieux pour toi …
    Mais voilà, d’autres ne savent pas le faire, même avec la charte à 10 balles !
    Donc, pourquoi pas ce fameux bout de plastique, qui fait couler tant d’encre… 🙂

  7. une astuce interessante pour nous photographes amateurs qui effectivement une fois dans notre Lightroom préféré essayons de personnaliser cette balance des blancs…maintenant, vous allez avoir fort à faire avec la bande du docteur baveur…..quand il y en a un qui montre son museau, les autres ne sont pas loin……leur crédo est de dénigrer l’amateurisme et Lightroom pour mettre en avant C1…bon maintenant il suffit de comparer leur travail photographique (ou leur videos…assez deroutante je dois dire) avec le votre et la messe est dite…un point c’est tout…

    1. Merci pour votre message j’espère que des futurs astuces vous plairont aussi. Et pour les personnes ayant un comportement clairement négatif, ils ne viendront plus pourrir mon blog ce qui ne veut pas dire que l’on doit toujours être d’accord avec moi pour que je laisse passer un commentaire. Mais il y a des manières de le faire. Tout commentaire qui est une attaque plus qu’une remarque constructive sera immédiatement mis à la poubelle et son auteur, si cela se reproduit, sera blacklister sur ce blog, voilà tout.

  8. bonjour,

    alors ayant un nikon j’ai regardé dans mon manuel et j’ai çà:

    “le pré-réglage manuel permet d’enregistrer et de réutiliser des réglages de balances des blancs personnalisés pour les prises de vue des éclairages mixtes ou pour compenser des sources lumineuses à forte dominante de couleur.”

    ps: dans le manuel du dos 5D c’est une moitié de phrase donc….mais il y a ce nota:

    “Pour obtenir une balance des blancs plus précise, utilisez une carte de gris de 18 % (en vente dans le commerce) au lieu d’un objet blanc.”

    pourquoi ne pas suivre le manuel? en plus pour 30€

    Dans votre exemple il manque le “avant/après” pour bien voir si votre astuce fonctionne bien ou plutôt d’une manière moyenne.
    A priori votre vidéo à été réalisée le matin “vu l’ombre de la boite” et vous aviez le soleil devant vous, pourriez-vous nous donner la valeur enregistrée lors de votre test?

    merci

    1. Bonjour Fred, la vidéo a été faite l’après-midi, fin d’après midi, mais ça aurait pu être aussi bien le matin ça n’aurait rien changé.
      Oui, il faut toujours préférer faire une balance des blancs sur un gris, d’ailleurs si vous utilisez ce disque, l’appareil vous demandera de rentrer dans une plage de densité, qui lui permet au final d’analyser un gris clair et non un blanc. Si vous avez un diaph très ouvert, le résultat est une image proche d’un blanc, mais l’appareil ne la prendra pas pour faire le calcul, il vous demandera de recommencer en fermant le diaph.

      Pour la charte grise, c’est une bonne solution, bien sûr. Mais, même si vous avez avec vous une charte grise, ce qui est toujours mon cas, parfois elle est difficile à utiliser. Si vous êtes en Canon par exemple et que vous voulez faire une balance des blancs, il faudra que votre image remplisse complètement le cadre de votre prise de vue. Ce qui selon l’objectif peut être délicat. Si vous employez un hyper grand-angle par exemple pour que la charte remplisse tout le cadre c’est difficile à moins de coller la charte à 5cm, et là c’est parfois la lumière que vous ne laissez plus passer…
      Autre point intéressant, il faut pouvoir poser la charte, et parfois, là encore, c’est pas facile. Si vous voulez faire cela alors que vous êtes sur un bateau, vous aurez beaucoup de mal avec votre charte. Ce ne sont que des exemples, bien entendu, personnellement dès que je peux j’utilise une charte je le fais. Mais pas une simple charte de gris, une charte comportant trois densités : une blanche, une grise et une densité pour le noir.
      J’en parlerais plus tard sur le blog et là je fais ma balance des blancs, mais je peux en plus obtenir d’autres infos. Qui plus est le fait d’avoir trois densités différentes donne souvent plus de précision pour l’analyse de la balance des blancs. Ce disque est un moyen complémentaire à utiliser si on n’a pas de charte, ou dans le cas ou il est délicat d’utiliser la charte.

      Sans oublier que parfois on ne travaille pas en RAW, je pense surtout à la vidéo. Rares sont les personnes qui ont des caméras délivrant des fichiers RAW cinéma, et là, il faut faire sa balance à la prise de vue si on veut de la qualité.

      Je n’ai pas fait d’avant/après c’est vrai que parfois c’est parlant, mais là, ça aurait donné une image correctement exposée que j’aurais comparée à une image en automatique.. Je pense que le plus simple c’est de faire le test par vous même, car il n’y a rien à acheter, il faut cependant comme je l’ai dit trouver un plastique neutre qui n’apporte pas de dominante dans l’image. Et là vous verrez tout de suite si cela marche. Au final c’est le but.

      1. bonjour,

        merci pour la réponse mais c’est quand même du “jean-michel à peu prés” car forcément la white balance à partir de la boite de surimi aura un meilleur résultat qu’en auto mais bon ce n’est pas très pro.

        il y a l’expodisc V2 qui semble bien mieux en terme de résultat mais il n’est pas gratuit, qu’en pensez-vous?

        1. Fred, si vous pensez que pour que cela marche un produit doit être obligatoirement acheté en boutique, alors très bien. Au passage le seul disque de ce genre acheté en boutique n’était pas précis, mais peut-être un défaut de fabrication? Maintenant, vous devriez peut-être essayer, au lien de vous fixer à la boite de surimi, enfin, c’est mon avis. Un vrai pro utilise régulièrement pour ces prises de vues des produits qui n’ont rien à voir avec la photo, ils s’adaptent. Le DIY ( Do It Yourself ), est une attitude que je trouve intéressante et enrichissante, mais tout le monde n’aime pas ça. Merci de votre commentaire cependant.

  9. mais j’ai essayé avec un couvercle de boîte plastique et effectivement c’est mieux que le mode auto mais bon.
    j’ai toujours essayé les choses avant de me faire une idée et/ou de donner mon avis.

    cordialement

    1. Oui tu as raison il faut essayer et voir si cela te convient. Bon ici, j’avoue que selon le plastique utilisé, les résultats peuvent varier, c’est clair.
      Merci de ton passage, et j’espère que tu trouveras dans ces astuces des idées qui te convienne d’avantage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.